ASSOCIATION SPORTIVE DE TRONGET : site officiel du club de foot de TRONGET - footeo

RIBERY PAS QU'UN RIGOLO

30 mars 2009 - 07:34

Les Bleus pourraient bien avoir trouvé l'oiseau rare en la personne de Franck Ribéry. Contre la Lituanie (1-0), samedi soir, le milieu des Bleus a pris ses responsabilités.

Depuis la retraite de Zinedine Zidane, l'équipe de France se cherche un leader. Elle pourrait bien avoir trouvé l'oiseau rare en la personne de Franck Ribéry. Contre la Lituanie (1-0), samedi, le milieu de terrain a pris ses responsabilités. Placé dans le couloir gauche comme au Bayern Munich, l'ancien Marseillais a libéré les siens d'une frappe aussi soudaine que splendide. «Marquer un but comme celui-là sur une pelouse comme ça et du gauche, c'est un exploit», tranche Yoann Gourcuff, auteur de la passe décisive. «Il marque encore un but qui fait du bien, appuie Sébastien Squillaci. Dans les moments difficiles, c'est la marque des grands joueurs que de savoir faire la différence.»

En terre balte, Ribéry le facétieux est devenu Ribéry le sauveur des Bleus. Cela correspond assez bien à son aura grandissante au sein du vestiaire tricolore. «C'est vrai que c'est "un rigolo", mais il sait aussi se montrer sérieux quand c'est nécessaire, explique Squillaci. De par ses performances, c'est un leader, mais il sait aussi dire les choses qu'il faut au bon moment. Il ne faut pas le résumer aux pitreries qu'il fait de temps en temps». Gourcuff abonde dans le sens du défenseur sévillan. «Il commence à prendre pas mal de responsabilités que ce soit sur le terrain ou en dehors. Dans le vestiaire il parle beaucoup, il trouve les mots justes. Au quotidien, il est de bonne humeur, il rigole, il aime bien plaisanter. Il met les gens à l'aise».

Luyindula : «Moins rigolo qu'à Marseille»
Peguy Luyindula nuance légèrement le discours de ses deux coéquipiers. Il trouve par exemple Ribéry «beaucoup moins (rigolo) que lorsqu'(il) l'avait connu à Marseille». «Beaucoup moins que ce qu'on en a dit» aussi. A la question de savoir si son ancien partenaire de club était le nouveau patron de l'équipe de France, l'attaquant a d'abord répondu par une boutade. «Le patron, c'est Raymond Domenech», s'exclame-t-il sous les rires de l'assistance. Pour la surprise du onze de départ des Bleus en Lituanie, Ribéry est «une des locomotives de l'équipe». Mais pas la seule. «Il y en a plusieurs. De toute façon, ici, il n'y a pas un taulier et tous les autres qui suivent. C'est vraiment une équipe qui se forme, souligne-t-il. C'est vrai qu'il y en a deux-trois qui ont un peu plus d'expérience et qui parlent davantage, mais ça peut bouger». A l'image de l'influence du milieu bavarois. Elle est pour l'instant croissante. - E. T. (à Clairefontaine)

Commentaires

LIENS UTILES